3,2,1… : déclarez !

declaration impotsL’impôt sur le revenu 2016, c’est parti ! Il s’agit d’un moment souvent désagréable à passer mais son passage est obligatoire. Sacha Guitry a donné son avis en prononçant cette phrase : « il y a deux choses inadmissibles sur la terre : la mort et les impôts. Mais j’aurais dû citer en premier les impôts. ». Nous ne citons pas cela pour débuter une éventuelle polémique sur la légitimité de l’impôt sur le revenu mais simplement pour lui donner un côté humoristique.

La campagne 2016 sur vos revenus perçus en 2015 débute aujourd’hui, en ce mercredi 13 avril. Cette année marque un petit tournant numérique : certains contribuables vont devoir forcément passer par la case www.impots.gouv.fr. Par ce biais, l’Etat souhaite économiser les 200 millions d’euros annuels de frais d’envoi des déclarations.

La télédéclaration : pour qui ?

Vous devez choisir la version dématérialisée pour déclarer votre impôt si vous répondez à 2 critères :

  • Vous avez un accès à Internet à votre domicile,
  • Vous avez un revenu fiscal de référence supérieur à 40 000 euros. Ce critère sera abaissé pour les années suivantes : 28 000 euros pour 2017 et 15 000 euros pour 2018.

Qui dit obligation, dit répréhension. Si vous remplissez les critères mais que vous ne déclarez pas en ligne plusieurs années de suite, vous serez passible d’une amende de 15 euros. La sanction représente plus un aspect symbolique pour le moment.

Quelle est la date limite ?

Si vous continuez à faire votre déclaration papier, vous avez jusqu’au mercredi 18 mai 2016 quel que soit votre lieu de résidence.

Si vous télédéclarez (déclaration sur internet), vous avez jusqu’au :

  • Mardi 24 mai pour les départements n°01 à 19 ;
  • Mardi 31 mai pour les départements n°20 à 49 (dont la Corse) ;
  • Mardi 7 juin pour les départements n°50 à 974/976 ainsi que les non-résidents.

 

Qu’est-ce qui va changer pour vous cette année ? Quelques exemples…

  • Progression du barème : comme chaque année, le barème progressif d’imposition est revu à la hausse. Cette année, chaque seuil a été revalorisé de 0,1 %.
  • Suppression de la prime pour l’emploi au profit de la prime d’activité. Cette dernière ne sera plus versée par l’administration fiscale comme c’était le cas auparavant, mais directement par la Caisse d’Allocation Familiale.
  • Exonération des gratifications des stagiaires : plus besoin de déclarer les revenus de votre enfant en stage par exemple. Cette exonération est valable dans la limite d’un SMIC annuel, limite rarement atteinte en stage…

 

Alors, à vos déclarations !

 

Elodie Rivet